Partagez | 
 

 Un messager de mauvais augure

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Brunissen
Guerrière divine de Zeta Prime
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 23/07/2016

Feuille de personnage
HP:
150/150  (150/150)
CS:
305/305  (305/305)
PA:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Un messager de mauvais augure   Mer 5 Oct - 15:53

Les chants montaient avec force vers le plafond soutenu d'innombrables poutres noircies par le temps. Sons auxquels se mêlaient les rires et les multiples fracas de brocs cognés les uns contre les autres en autant de tournées de bière ou d'hydromel. En cette soirée où tout s'annonçait sous les meilleurs hospices, les gens étaient particulièrement hilares. Un immense chantier venait de finir et avec lui, la disparition de certains stigmates de la Guerre des Sept Saphirs. Comment ne pas partager la joie de tous ces gens qui avaient en plus de la fierté d'avoir reconstruit une large part de leurs villes et villages dévastés venaient de recevoir des primes plus que généreuses. Comment ne pas partager leur joie et leur foi en un avenir qui se présentait infiniment moins sombre que tout ce qu'ils venaient de traverser.

C'était pourtant son cas. Attablée un peu à l'écart, le visage penché sur la fenêtre toute proche, Brunissen semblait plus que songeuse. Blonde, parée de splendides yeux verts, elle aurait pu en attirer plus d'un si son expression ne les en avait pas aussitôt dissuadés. Son expression mais aussi l'aura qu'elle dégageait. Pure, glaciale quand elle le souhaitait, la jeune femme était parfaitement capable de glacer qui elle voulait d'un seul de ses regards.

Rejetant soudain une de ses mèches en arrière, elle releva enfin la tête, posant le regard sur la porte qui s'ouvrait en grinçant suite à tous les débris qui avaient fini par se placer sur sa route. Quelques secondes plus tard, une sombre et massive silhouette se découpa sur le fond sombre. L'homme à laquelle elle appartenait n'avait rien d'un enfant de cœur pourtant quelque chose dans son expression trahissait une crainte soudaine.

Plus qu'alertée, la splendide nordique se leva et sans un mot s'élança à une vitesse surréaliste vers le nouvel arrivant. Puis, sans que personne ne puisse se rendre compte de ce qu'il se passait, elle entraîna l'homme à l'écart. Le temps de l'allégresse semblait soudain s'éloigner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryuken
Guerrier divin d'Epsilon
Staff WT
avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 24/07/2016
Age : 40

Feuille de personnage
HP:
150/150  (150/150)
CS:
305/305  (305/305)
PA:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: Un messager de mauvais augure   Jeu 20 Oct - 18:01

Combien de jours ? Combien de mois ? Combien d’années ? Combien de décennies ? Combien de siècles ? Qu’importe après tout,  depuis que je suis libéré, j’avance sans me retourner. Devant moi, une promesse. Derrière, toujours cet océan de souffrances et de larmes, le fruit des hommes et des femmes que j’ai tué de mes propres mains. Je n’éprouve aucun sentiment particulier, en tout cas ni remords ni regret. Je suis un combattant, je suis un être solitaire qui n’attend rien de personne. Du moins, aujourd’hui. Car, avant, il y a bien longtemps de cela, j’ai donné ma confiance en un dieu et en une femme. J’ai éprouvé une certaine forme d’affection mais cela s’est terminé aussi vite que ce sentiment eut apparu dans mon cœur. Rien n’a changé et rien ne changera : on dit que la vengeance est un plat qui se mange froid ; chez moi, il se déguste glacé. Pire dorénavant: je n’aurais plus aucune pitié, je vais les traquer, je vais leur faire connaître le véritable goût de la colère et lorsque j’en aurais finis avec eux, je les tuerais sans état d’âme et avec un grand sourire.

À vrai dire, c’est aussi un peu de ma faute : un loup reste un loup. Il n’a besoin de personne pour vivre. Jamais tout cela n’aurait dû se produire : j’ai baissé ma garde, je l’ai payé très cher. Des fois, en de très rares instants, pourtant, je me dis qu’un tout petit peu de lumière dans le chaos des ténèbres est une petite compensation bénéfique pour la noirceur de mon âme. De toute façon, je ne la reverrai plus car elle est sûrement morte. C’était une belle promesse qu’elle m’avait tint ce fameux jour-là et je sais qu’il a toujours veillé sur moi-même si je ne lui avais rien demandé. Je leur suis redevable éternellement… Mais seulement à deux…

Je suis revenu sur ces terres qui n’ont vraiment pas changé : personne ne devrait se souvenir de moi, c’était une bonne chose car je ne commettrais pas la même erreur. J’allais récupérer ce qui me revenait de droit, tenir mon serment mais me tenir loin de toute cette population. Après tout, cela est mieux ainsi : moins j’ai de contacts, mieux je me porte. Je marche d’un pas lent mais déterminé, mon regard est vide de sentiment, le blizzard n’a aucune influence sur moi, mes pieds nus s’enfoncent dans le sol neigeux, le tissu rouge, à l’histoire bien particulière, est toujours serré autour de ma tête. Au loin, je vois ce qui ressemble à une auberge : au début,  je n’ai guère l’intérêt de m’y rendre mais je voulais savoir si Odin était réapparu en ces terres.  Je n’avais plus eu aucune nouvelle de lui et n’avais plus ressenti sa présence discrète autour de moi. Alors que je m’approchais de cet endroit sans aucune signification, je ressentis une présence. Je fus, soudainement, emmené au loin par une étrange femme. Grave erreur ! Je me saisis subitement de son bras, effectuais un croc en jambe, la faisais projeter au-dessus de moi afin qu’elle s’écrase violemment, dos contre le sol. J’armais mon poing prêt à la frapper tandis que mon autre main valide lui serra la gorge, mon regard devenant machiavélique, le visage déformé par la volonté de tuer. Ce n’était pas encore l’expression pleine de la Rage qui se manifestait en moi. Mon aura se révéla aussi bien ancienne que puissante.


«  Où est Odin ? » Demandais-je avec une voix grave teintée de colère, mes yeux se fronçant pour marquer une résolution dangereusement déterminée. Non rien n’avait changé : j’étais prêt à tuer quiconque se mettrait en travers de mon chemin, de quelques manières que cela soit.

_________________


Dernière édition par Ryuken le Jeu 27 Oct - 18:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brunissen
Guerrière divine de Zeta Prime
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 23/07/2016

Feuille de personnage
HP:
150/150  (150/150)
CS:
305/305  (305/305)
PA:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: Un messager de mauvais augure   Lun 24 Oct - 13:28

- Mais...

Qu'elle ne fut sa surprise face à la réaction plus qu'excessive de celui qu'elle venait d'entraîner au loin. Avec une rare violence, l'espèce de barbare l'avait envoyé valser droit vers le sol avant de lui saisir la gorge d'une poigne de fer. Ajoutant son regard qui n'avait rien à d'avenant, il avait largement de quoi mettre se rendre maître de n'importe qui voire de mettre K.O. sa victime. Seulement, Brunissen n'était pas n'importe qui, loin de là. Rendue furieuse par cette façon de faire qui remontait à la nuit des âges, la blonde féline fit exploser son cosmos avec autant de rage froide que son adversaire s'était montré d'une brutalité toute naturelle avec elle.

Sans attendre, d'immenses griffes de cosmos prolongèrent ses mains gantées et pourtant si douces. La tigresse sortait ses armes et cela allait faire mal, très mal. Il l'avait brusquée et maltraitée, l'étouffant presque, elle le lacérait en retour. De quoi lui apprendre plus que clairement que de telles choses ne se faisaient pas. Pas en cette ère en tout cas. Ne détournant point le regard, elle plongea même ses splendides yeux verts dans ceux de son agresseur. Face à face, il pourrait voir ses yeux se parer de cet éclat brillant si proche de celui des fauves dont elle portait la God Robe. Ses mâchoires se serrèrent soudain et le coup partit.

Le sang gicla aussi certainement que le cou de la splendide nordique se teinterait d’ecchymoses au fil du temps. D'autres coups s'ensuivirent, la guerrière divine frappant droit dans le bas ventre celui qui avait eut la mauvaise idée de la soulever pour la mettre à sa taille. Lui asséner ce genre de coups bas l'aurait fait rougir de honte en temps normal mais là, c'était différent. Il l'avait attaquée par traîtrise, elle lui répondait sur un registre quelque peu plus franc mais tout aussi déloyal, à sa façon. Une ultime vague de cosmos froid et elle se recule de quelques bonds, se retrouvant à distance raisonnable du malotru.

- Voilà qui est mieux, espèce de brute épaisse.

Elle se massait la gorge l'air mauvais avant de reprendre.

- Si Odin avait été incarné, tu serais déjà en train de pourrir dans ses geôles en attendant qu'il daigne s'adresser à un excité tel que toi. Jamais, il ne t'aurait laissé approcher d'aussi près.

Puis, époussetant son manteau couvert de fine neige mêlée de terre et brindilles, elle poursuivit.

- D'ailleurs, je pense que tu aurait été pas mal travaillé par les autres guerriers divins avant. Qui es-tu donc toi ? Un saint ? Non, tu ne ressembles pas trop à ce que nous ont décrits les skalds du palais de Polaris. Pas un spectre non plus...

Et achevant de remettre de l'ordre dans sa tenue, elle s'exclama soudain.

- Je sais, tu es un marina. Ce genre d'attitude brutale, directe et imbue d'elle-même ne peut être que celle d'un laquais de ce porc de Poséidon.

Sur ce, elle se tut attendant la réaction de l'homme et bien prête à lui taper encore dessus s'il osait à nouveau l'entreprendre de cette façon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryuken
Guerrier divin d'Epsilon
Staff WT
avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 24/07/2016
Age : 40

Feuille de personnage
HP:
150/150  (150/150)
CS:
305/305  (305/305)
PA:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: Un messager de mauvais augure   Jeu 27 Oct - 19:40

Comme elle lui ressemblait… Comme si une seconde chance m’avait été offerte… À moi qui avait fait couler tant de sang et qui traîne un océan de tripes et de cadavres derrière chacun de mes pas. Au bout du compte, cela ne me dérange pas et cela ne m’a jamais gêné car je suis un combattant et plus précisément un Ancien Berserker. Je ne suis ici que pour une personne : Odin. Maintenant que je vois son reflet, je me dis qu’il existe peut-être une sorte de bonne étoile qui n’a pas peur de couvrir les desseins fous et imprévisibles d’un démon sanguinaire tel que moi.


Ses coups pleuvent en réponse à mon attaque… Mais, je suis déçu… D’attaques que certains qualifieraient honteux touchent mon corps quand des griffes tentent de lacérer mon cou. La nature de mon art est ainsi faite que je pourrais les éviter avec tellement d’aisance mais il me faut savoir si elle était comme elle… Ou Si c’était elle… Au moins, elles partageaient cette douceur qui se métamorphose en une grande violence lorsqu’elle était sous pression. Elle voulait montrer sa colère, elle pensait que sa rage était similaire à la mienne ? Comme elle se trompait. D’un simple penchement de la tête, je parvins à éviter son premier coup tandis que je répliquais immédiatement en empoignant la main où elle avait sorti des griffes qui resteraient gravé dans mon esprit à jamais. Ce fut le seul mouvement de défense que j’effectuais puis reçus tous les coups qu’elle m’offrait. Étalé sur le sol, je restais allongé : ses attaques étaient pitoyables, j’avais connu bien pire au cours de ma précédente vie. Même les Dieux n’étaient pas parvenus à mettre un terme définitif à mon existence : il y avait eu un sacré mélange de chance et de ténacité de ma part. Puis, je l’écoutais.


Brute épaisse ? Oui, j’en suis une et je ne m’en cache pas. On m’a offert une chance de changer mais elle n’aura pas duré tant que cela. Si Odin avait été incarné… Cela signifie qu’il n’est toujours pas là. Comme elle se trompait : c’est Odin qui m’avait offert une seconde chance, c’est ce Dieu qui m’avait permis d’être un petit plus humain, moi qui ne suis qu’une bête assoiffée de sang et de combat. En cette époque, j’avais été accepté par ces Guerriers Divins et par l’une d’entre elle. J’y avais mis du mien mais je n’attendais rien des autres : ils étaient venus vers moi sans que je ne leur demande rien. Je voulais rester seul : sans m’en rendre compte, j’étais entouré de compagnons, je servais une Divinité de confiance et j’étais tombé amoureux. Mais le destin ne m’a pas permis d’en faire plus. Elle se demandait qui je pouvais être… Si seulement, elle savait… Un Saint ? Un Spectre ? Un Marina ? Mauvaise réponse, jeune fille car, elle a oublié un autre camp historique…


Soudain, je me relevais d’un seul bon, en un saut carpé. Aucune douleur ne se lisait sur mon visage, seule une absolue détermination se lisait sur mon visage. Je faisais craquer les os de mon cou en le penchant lentement de gauche à droite.


« Je suis bien pire que ces ramassis de minables… » Répondis-je alors que je me mis en position d’attaque: de trois quart de côté, la jambe gauche légèrement avancé, le coude droit replié à quatre-vingt-dix degrés se prolongeant avec mon poing droit serré, l’ensemble de mon bras gauche et de ma main gauche un peu plus avancé que le côté droit.


« Tu es faible. Tu n’es pas comme elle. Odin est vraiment une divinité stupide car il a donné une tenue divine à une incapable comme toi. » Poursuivis-je d’une voix froide alors que je souriais d’un air mauvais en lui indiquant du regard l’auberge qu’il y avait derrière elle, lui faisant bien comprendre mon intention. Puis…


« Approches… Gamine… » Annonçais-je alors que je tendis le bras gauche vers la Guerrière et que je fis signe de la main de venir me chercher.

Je faisais exprès de vouloir la pousser à bout, je voulais vraiment savoir ce qu’elle valait : ce n’était pas Lénore mais je ne pouvais m’empêcher de me souvenir de notre promesse. Je n’y avais pas cru, du moins, je ne voulais pas trop que ça se sache ou que ça se montre : quel que soit l’époque, il était toujours très dangereux de rôder autour de moi, les précédents évènements de ma vie l’ayant bien démontré.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Funia
Guerrière divine d'Eta
Staff WT
avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 01/09/2016

Feuille de personnage
HP:
150/150  (150/150)
CS:
300/300  (300/300)
PA:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: Un messager de mauvais augure   Sam 29 Oct - 21:31

Arrow A fait le trajet depuis cet endroit

Depuis que son maître est mort voilà deux semaines, Funia n'était jamais sortie de ses ruines pour s'aventurer aussi prêt des frontières. Elle se souvenait avoir déjà fait le tour du royaume plus jeune pour apprendre à connaître chaque parcelle d'Asgard car elle serait peut-être obligé de défendre son pays à d'autres endroits que ses ruines chéries. Plus elle se rapprochait, plus elle percevait nettement les deux cosmos. L'un était franchement agressif et l'autre semblait plus vouloir défendre le poste de frontière. 

"Mais a qui appartient le cosmos le plus agressif ? Il ne ressemble en rien à ceux qu'on a pu me décrire."

Elle ne tarda pas à avoir un début de réponse à ses questions en arrivant sur les lieux, car un homme et une femme se faisait face. Cachée et ayant dissimulé son cosmos, elle les observa de loin. L'homme semblait clairement en train de provoquer la femme, et ses paroles ne faisait que confirmer sa gestuelle. Il semblait la prendre pour une gamine sans défense, alors qu'à regarder la femme, elle était tout sauf une fragile enfant. Elle ressemblait plutôt à une tigresse avec ses ongles incroyablement long. C'était une femme tigre ou quoi ?

"Allons Funia, les femmes tigres n’existent pas." Lui aurait répondu Alric.

Toujours est-il que ces deux-là étaient sur le point de se battre. Funia devait-elle essayer de les calmer ou de prendre parti pour l'un ou pour l'autre. Vu son manque évident d'informations, prendre parti était inenvisageable. Elle décida de rester en spectatrice invisible et de n'intervenir que si le combat mettait en péril la sécurité des villageois. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brunissen
Guerrière divine de Zeta Prime
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 23/07/2016

Feuille de personnage
HP:
150/150  (150/150)
CS:
305/305  (305/305)
PA:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: Un messager de mauvais augure   Jeu 3 Nov - 22:00

[HRP : Funia étant cachée, Bruny ne l'a pas encore détectée. Je t'oublie pas Wink ]

C'était facile, trop facile de le frapper. Cet homme se laissait faire, se moquant presque des coups qui pleuvaient sur sa carcasse de Conan au rabais. Plus que cela, son regard débordant de rage ne perdait rien de sa hargne. Il brillait de cette lueur que pouvaient posséder les antiques berserkers. C'était si fou de penser cela pourtant son inertie face à ses corps de griffes étaient plus que révélatrice. Il la testait. Comment osait-il ? Comment osait-il ainsi se jouer d'une guerrière divine ? Car c'était ce que la splendide blonde était : une combattante sacrée du Royaume d'Odin. Qu'elle ne portât point sa God Robe ne changeait rien. Brunissen était la blanche féline et non la première donzelle venue.

D'un bond, elle l'avait laissé là, allongé sur le sol, enfonçant le manteau de boue sous son poids conséquent. Un instant s'écoula sans qu'aucun des deux ne réagisse. La tension montait entre eux, faisant paradoxalement chuter la température. Le regard de la blonde nordique se faisait plus froid plus brillant. En elle, le cosmos propre aux perles des Ombres montait. Cette particularité que possédaient tous les porteurs de Zeta Prime rendait leur énergie quasi indétectable. Ombre, elle pouvait être. Ombre, elle pouvait glisser et se faire totalement oublier.

Concentrée sur son adversaire, la jeune femme ne manqua pas de se déplacer lorsqu'il se remit sur ses pieds. Il fallait déjà un certain coffre pour encaisser tout ce qu'il venait de prendre. Et plus que cela, un mental de combattant.


- Aucun d'eux... Vraiment ?

Qui avait-elle pu oublier ? Perplexe, Brunissen fouillait dans ses pensées avant de voir enfin.

- Si tu n'es pas l'un d'eux, tu ne peux venir que d'un Sanctuaire antique. Un lieu bien en accord avec ce que tu es. Arès...

Elle avait prononcé ce nom comme s'il lui avait été soufflé. Sentant qu'elle touchait juste sans même en avoir la confirmation, la guerrière divine se mit en garde.

Que m'importe ce que tu penses. C'est Odin qui m'a remise cette protection et lui seul compte. Il faut être la dernière des idiotes pour se laisser déconcentrer par des ruses aussi éculées.

Sentant que la puissance de cet homme était plus que redoutable, la tigresse concentra toutes ses forces tout en s'apprêtant à bondir et passer dans les ombres comme elle savait si bien le faire. A ce jeu, elle devrait user des avantages de son étoile pour frapper fort sans hésiter. Et avant même qu'une aiguille ne tombe d'un résineux, un froid d'une extrême rudesse se leva. Un courant qui ne tarda pas à se faire lever un mur de glace infranchissable derrière elle. Toute brute que cet homme était, il ne pourrait le briser aussi facilement. Opaque et immense, la paroi n'avait rien à envier en terme de solidité au cercueil de glace de feu Camus du Verseau.

Puis, concentrant ses courants de glace en ses mains, elle fit apparaître la redoutable Blue Impulse qu'elle projeta sans la moindre hésitation droit vers l'homme à la vitesse de la lumière avant de se lancer dans ce qui s'avérerait être une course effrénée entre une féline rapide et agile et un ours aussi massif que puissant. Deux forces de la nature si éloignées et pourtant si proches. Mais cela Brunissen ne pouvait encore le deviner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryuken
Guerrier divin d'Epsilon
Staff WT
avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 24/07/2016
Age : 40

Feuille de personnage
HP:
150/150  (150/150)
CS:
305/305  (305/305)
PA:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: Un messager de mauvais augure   Dim 6 Nov - 16:04

«Si tu n'es pas l'un d'eux, tu ne peux venir que d'un Sanctuaire antique. Un lieu bien en accord avec ce que tu es. Arès...»


« Mais, ils ne sont plus là pour en parler car je les ai traqués et je les ai pratiquement toutes et tous exterminés… » Annonçais-je alors qu’un sourire, à la fois satisfait et machiavélique, se dessinait sur mon visage.


Le reste de ses paroles ne m’importait guère… Pour ne pas dire que je n’en avais strictement rien à faire. Je la vis concentrer son énergie : la même aura mais pas la même force. Une impression de déjà-vu au goût amer qui me tapait sur le système… Je la vis bondir puis passer dans les ombres. Rien ne se lut sur mon visage mais si elle pensait que cet élément serait un avantage pour elle, elle se fourvoyait complètement. Soudain, elle dressa un mur de glace derrière elle, Asgard reprenant ses droits avec l’arrivée d’un vent glaciale et d’une température des plus fraîches.  


« Blue Impulse hein ? Je connais déjà cette technique… » Murmurais-je pour moi-même lorsque je la vis lancer son attaque. Peut-être avait-elle entendu mes paroles ou peut-être pas mais encore une fois qu’importe.


C’est alors que je fis apparaître la véritable essence de mon énergie cosmique : je n’avais plus du tout envie de perdre mon temps ou de la tester. La vision de cette jeune femme, loin d’être douloureuse, était plutôt le symbole de ma colère contre ce que j’avais perdu. Alors que l’orbe se dirigea vers moi à la vitesse de la lumière, j’élevais mon niveau pour être à l’égal de celui de mon adversaire. C’était tout ce que je pouvais faire et ça m’énervait : stoppé dans ma progression, n’y avait-il personne pour me pousser dans mes derniers retranchements afin que je ne devienne plus fort ?  Je me saisis de l’orbe, laissant sa puissance se déchaîner sur mon corps tout en la tempérant. Telle était mon arcane défensif : j’acceptais la souffrance mais je rendais toujours coup pour coup. De nombreuses lacérations déchirèrent mon corps mais je parvins à me saisir de l’attaque : l’orbe avait diminué de taille et je pouvais la saisir dans le creux de ma main gauche. Je levais la tête et regardais mon adversaire, un sourire inquiétant se dessinant sur mon visage.


Puis, me déplaçant également à la vitesse de la lumière, je lui démontrais mon agilité en la dépassant. Je me dirigeais vers le Mur de Glace, pris appui sur le sol pour pouvoir me propulser vers la Guerrière en utilisant le Mur de Glace. Sous le coup de mon impulsion, celui-ci commençait légèrement à se fissurer. J’en profitais pour gagner de la vitesse afin de me rapprocher tout prêt d’elle et lui balança sa propre attaque en plein dans son ventre.  Reprenant un nouvel appui sur le sol avec mon pied droit,  je m’élançais vers mon adversaire afin de la frapper au visage avec mon poing gauche, celui-ci atteignant sa joue gauche. Puis, mon poing droit en direction de sa joue droite. Ensuite, je me saisis de sa tête et lui flanquais mon genou droit dans son menton.  Prenant une nouvelle fois appui avec mon pied gauche sur le sol, je me saisis de son cou et la projetais au loin.





« Tatsumaki Senpuu Kyaku» Invoquais-je alors que je pris appui sur mon pied droit et que je m’élevais à son niveau en produisant une série de coups de pied circulaire répétés durant un court déplacement en l'air.


J’étais un combattant qui avait réussi à maîtriser toutes les formes d’arts martiaux et qui les avaient combinés avec mon cosmos. Je n’étais pas de ceux ou celles qui projetaient des rayons d’énergie ou autre sur mon opposant. J’étais plus terre à terre. Dans tous les cas, sous l’impulsion de ma série offensive, un arbre explosa au loin, dévoilant une nouvelle personne. Une autre guerrière ? Brune, les yeux verts, en tout cas, une fois les deux pieds posés sur le sol, je la regardais d’un air menaçant. Elle s’était cachée et nous observait. Elle avait dissimulée son aura et sa cosmo énergie. Une lâche ? Une indécise ? Qu’importe après tout, je m’en moquais car je n’étais plus à ça prêt : si je le voulais, je pouvais m’en prendre à elle aussi. Pourtant, l’envie de combattre s’était lentement estompé : quel que soit son identité, la jeune tigresse lui ressemblait fortement mais ce n’était pas elle. Doucement, je commençais à comprendre mais je n’avais pas envie d’aller plus loin. Je me suis assagi une fois, j’ai baissé ma garde une seule fois et je l’ai payé très cher. Je ne regrette rien, j’assume tout mon passé.


« Toi… La Lâche qui s’était caché derrière cet arbre… » Appelais-je en pointant du doigt l’Inconnue. Puis, je posais mes yeux sur ma jeune adversaire.  « Emmène-là loin de moi : l’affronter m’a profondément ennuyé. Je vais aller chercher l’armure divine d’Epsilon car elle me revient de droit. Essayez de m’en empêcher et je n’aurais plus aucune pitié pour vous deux. Premier et dernier avertissement ! » Poursuivis-je sur un ton à la fois furieux et agacé.


Je m’éloignais de la scène : désormais, je n’avais plus envie de combattre. Odin n’était pas là, j’étais tombé sur un sosie ou autre chose de bien décevant et l’apparition surprise d’une Lâche avait achevé de mettre n terme à cette petite escapade. Je voyais les villageois me regarder avec crainte, je ne leur adressais qu’un regard rapide mais vide.  Désormais, je n’avais que ma promesse à tenir envers Odin. J’avais aussi ma vengeance à accomplir. Le reste m’importait peu…



Arrow Domaine des Cascades

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Funia
Guerrière divine d'Eta
Staff WT
avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 01/09/2016

Feuille de personnage
HP:
150/150  (150/150)
CS:
300/300  (300/300)
PA:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: Un messager de mauvais augure   Jeu 17 Nov - 19:04

Funia était impressionnée par ce qu'elle voyait. Elle voyait la violence dans chacun des gestes des deux combattants autant qu'elle la ressentait dans leurs cosmos. le garçon était plus violent, plus sauvage que la fille qui possédait une grâce féline. La fille prit temporairement le dessus et suggéra que son adversaire était un serviteur d'Arès. Funia avait déjà entendu parler de la fureur des Berzekers, par son maître bien que lui-même n'en n'avait jamais vu. Si ce type était vraiment un Berzeker, il venait sans doute semer la pagaille et s'était son devoir de l'arrêter. 

"Quelque soit son but, c'est mon devoir de l'arrêter."


Mais elle n'eut pas le temps de faire quoique se soit que l'autre s'était déjà relevé et commençait à mettre une dérouillée à la guerrière divine. Funia la regarda s'effondrer sur le sol avant que le berzeker ne s'adresse à elle, la traitant de lâche. Cette remarque blessa Funia d'autant plus qu'il y avait une part de vrai dans ce qu'il disait. Elle avait effectivement préféré se cacher plutôt que de prendre part au combat. Puisque quoiqu'elle fasse il finirait par la repérer, autant se dévoiler. Elle sorti de derrière l'arbre, sa lyre à la main et l’interpella.

-Je me moque de savoir à quelle catégorie de combattants tu appartiens. Mais je ne te laisserais pas te balader sur ces territoires impunément. Qui es-tu pour t'en prendre ainsi aux guerriers divins et ensuite te prétendre l'un d'eux ?

Elle avait dit ça d'une voix assurée devant contraster avec le terme lâche par lequel l'étranger l'avait désigné. Vérifiant du coin de l’œil que la guerrière divine derrière elle allait bien, elle joua quelques notes de musique sur son instrument, et des fils argenté vinrent s'enrouler sur l'ensemble du corps de l'importun.


-Ne prend pas ce geste pour une injure personnelle. Si tes réponses me suffisent, je te libérerais. 

Ce qu'elle ne précisait pas, c'est que ses fils n'avait pas pour seul but de le retenir. S'il osait ne serait-ce qu'élever son cosmos, ses liens se resserreraient et le ferait avec d'autant plus de force qu'il élèvera son cosmos. Si l'étranger ne voulait pas souffrir, il avait intérêt à se montrer moins agressif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brunissen
Guerrière divine de Zeta Prime
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 23/07/2016

Feuille de personnage
HP:
150/150  (150/150)
CS:
305/305  (305/305)
PA:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: Un messager de mauvais augure   Lun 9 Jan - 15:21

[Pas grand chose à dire pour l'instant, cela dépend de la réaction des deux autres joueurs]

Vives et fulgurantes étaient les attaques que s'échangeaient les deux combattants. Entre la femme et l'homme, la guerrière divine et la brute épaisse surgie du néant, tout s'enchaînait à une vitesse ahurissante. Sous les chocs, le sol tremblait tout comme le mur de glace que la blonde Brunissen avait élevé entre le combat et la taverne. Peine nécessaire quand on constatait la férocité extrême du combat. Face à une telle débauche de violence, aucun homme normal n'aurait pu s'en sortir sans blessure voire simplement survivre. Aussi, prenant sur elle, la jeune nordique serra les dents et encaissa le coup qui aurait pu l'envoyer droit vers le mur et mettre en danger tout âme à la ronde.

- Aaaaaaaahhhhhhhhh...

Eut-elle à peine de crier lorsque l'enceinte de glace éclata sous l'impact de sa projection contre elle. Une myriade d'étoiles glacées voletèrent un instant autour d'elle tandis que sous le choc, elle mettait quelques secondes à reprendre ses esprits, laissant à ses réflexes le soin de protéger son corps allongé sur un mélange de boue, de neige et de glace. Sa respiration sifflait encore quand elle entendit l'homme interpeller une femme dissimulée à quelques pas d'eux.

- Une autre guerrière, Eta si je me fie à sa Lyre...

Sentant un regain de forces, Brunissen se releva ensuite. Tout cela prenait une tournure intéressante. Apostrophant le malotru qui s'apprêtait à filer à l'anglaise, la Tigresse reprit.

- Où penses-tu aller ainsi ? Nous n'en avons pas fini et comme vient de le dire ma sœur d'armes, tu es bien trop dangereux pour qu'on te laisser aller et venir librement sur les terres du Grand Nord !!!

Et se remettant en garde, elle alla se placer auprès du Skald d'Eta.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryuken
Guerrier divin d'Epsilon
Staff WT
avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 24/07/2016
Age : 40

Feuille de personnage
HP:
150/150  (150/150)
CS:
305/305  (305/305)
PA:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: Un messager de mauvais augure   Sam 4 Fév - 12:54

« Je me moque de savoir à quelle catégorie de combattants tu appartiens. Mais je ne te laisserais pas te balader sur ces territoires impunément. Qui es-tu pour t'en prendre ainsi aux guerriers divins et ensuite te prétendre l'un d'eux ? »

« Tu ne mérites même pas que je perde mon temps avec toi : je fais ce que je veux où je veux, quand je veux et de la manière dont je veux. » Crachais-je avec mépris.

« Ne prend pas ce geste pour une injure personnelle. Si tes réponses me suffisent, je te libérerais. »

« Ne sois pas si sûre de toi… » Déclarais-je en souriant, sûr de moi.

Je fermais les yeux : encore une fois, cette technique ne m’était pas inconnue. Je savais que si j’utilisais mon cosmos, les fils se resserreraient. Je fis le vide dans mon esprit, fermais les yeux, inspirais doucement, retenais ma respiration pendant une seconde avant d’expirer lentement. Il n’y avait plus de trace de colère : comme si elle avait disparu, si ma présence physique était bien évidente, c’était comme si, mentalement, j’avais disparu. Puis, un long moment silencieux s’écoula avant que je n’ouvre les yeux subitement et que je brise les fils qui m’emprisonnaient en utilisant ma propre force physique. Le prix à payer était ces lacérations sur mes bras nus et mes cuisses ensanglantés par les blessures causées par l’attaque de la Lâche.

« N’y vois aucune injure personnelle… Mais, quand j’en aurais fini avec toi, tu ne ressembleras plus à rien… » Annonçais-je calmement alors que je m’avançais vers la Lyre.

C’est alors que je vis l’autre guerrière se relever. Je les regardais dédaigneusement alors que mon visage exprima une attitude menaçante : un sourire sadique se dessina sur mon visage tandis que mes yeux se fronçaient, accentuant une colère qui refaisait son apparition.

« Où penses-tu aller ainsi ? Nous n'en avons pas fini et comme vient de le dire ma sœur d'armes, tu es bien trop dangereux pour qu'on te laisser aller et venir librement sur les terres du Grand Nord !!! »

« Deux contre un ? Ça ne me dérange pas. Dans ce cas-là, je ne vais pas contenter de vous blesser, je vais martyriser votre corps jusqu’à ce que vous me suppliez de ne plus m’acharner sur vous. » Promis-je alors que je cessais mes pas en direction des deux guerrières quand soudain…


Une série de hurlement de loup se firent entendre au loin. Je croisais les bras, les yeux fermés quand des pas s’approchèrent : ils devaient être une dizaine. Puis, une vingtaine. Mais, ce n’était pas cela qui m’interpellait. Au loin, on entendit un cri de loup plus grave et une aura. Je pouvais la reconnaître : alors, ainsi, elle n’était pas morte, elle n’avait pas disparu dans les limbes de l’Histoire. Ça ne m’étonne pas… Quand je rouvris les yeux, des loups nous entouraient : ils ne grognaient pas mais ils nous observaient. Puis, on entendit des pas sourds et lents alors qu’apparut derrière moi une grande louve. Elle n’avait pas changé : mesurant plus de deux ou trois mètres, elle se dressait de toute sa hauteur et observait les deux guerrières.


« Salutation Humaines…Mon nom est Itzmana… Vous ne devriez pas attiser la colère de cet homme. Les Loups d’Asgard et moi-même, nous nous portons garants de lui. » Déclara la voix de la louve qui entra dans nos esprits. Toujours cette jolie voix quasi divine à la fois douce mais qui promettait une grande colère.


« Où est-elle ? » Demandais-je calmement à la Louve alors que celle-ci se dirigea à côté de moi tandis que la meute se dressait en demi-arc de cercle entre les Guerrières et moi-même. C’était à se demander qui protégeait qui.


« Derrière la Cascade. Elle t’attend. Va la chercher. Et laisse ces deux jeunes guerrières en paix car elles ne méritent ni ton courroux, ni ta furie. Elles ne font que protéger leur domaine contre ce qu’elle considère comme une menace. » Répondit-elle dans mon esprit, sa voix se répercutant dans l’esprit des deux jeunes femmes.


« Que les choses soient claires : l’armure divine d’epsilon est ma propriété. Asgard est mon territoire. Nous protégeons cet endroit et c’est bien la seule chose qui nous lie. Pour le reste, je me moque de vos existences : je n’ai pas besoin de vous, vous n’avez pas besoin de moi. » Déclarais-je en ciblant les deux Guerrières. Puis, je me retournais, accompagné de deux loups qui me suivaient quand…


« Si vous voulez, toujours m’affronter, ce sera à vos risques et périls. Dans ce cas-là, je vous avertis une dernière fois : je ne me contenterais plus de vous blesser à mort. Je vous tuerais sans aucune forme d’émotion. » Assurais-je alors que j’avais cessé de marcher, que je m’étais retourné et que je leur offrais un regard froid et déterminé : les yeux d’un combattant qui avait tué de nombreux êtres sans rien éprouver.


Puis, je détournais la tête et continuais mon chemin. La moitié de la meute me suivait tandis qu’Itzmana, accompagné du reste, surveillait mes arrières. Il n’y avait pas besoin d’autres mots ou de quoique ce soit d’autres. J’aurais le temps de discuter avec elle lorsque je serais seul : elle saurait répondre à mes interrogations.



Arrow Cascade Gelée

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brunissen
Guerrière divine de Zeta Prime
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 23/07/2016

Feuille de personnage
HP:
150/150  (150/150)
CS:
305/305  (305/305)
PA:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: Un messager de mauvais augure   Lun 19 Juin - 19:14

Sans la moindre crainte, le guerrier toisait les deux femmes. Pour un solitaire, il se montrait plus que sûr de lui en plus de dégager une colère telle que la féline n'en avait que rarement vu. Le genre de fauve qui n'hésiterait pas à tuer si on le laissait filer à sa guise. Tout autour de la jeune femme, le cosmos s'éleva lentement. Une nouvelle manifestation de son pouvoir alors que la montagne de muscles visait Eta. Une force de la nature telle que même les cordes sacrés de la skalde ne put la retenir.

Forte de cette connaissance la blonde nordique ne put que redoubler de vigilance. Il avait beau être puissant et doté d'une expérience inimaginable au vu de sa faculté d'adaptation à tout ennemi, il n'en demeurait pas moins un homme. Et comme tout homme, il ne pouvait avoir que ses points faibles. Le tout restait de les découvrir.

Un à un, les flocons de neige se mirent à tomber. Une nouvelle préparation à la prochaine attaque de la belle. D'un regard brillant, elle embrassa l'ensemble de scène, cible comprise avant de ressortir ses griffes.


- Fais-moi rêver, berserker. Qu'importe ta puissance, je pourrais toujours me relever. Tu es une brute et moi une féline. Sais-tu, pauvre fou que les chats sont bénis de Freyja et ont neuf vies ? Neuf vies alors que toi, tu n'en as qu'une... Et souriant férocement, faisant briller autant ses canines que les pointes de ses griffes, elle s'approcha, feulant avec un mélange de cruauté et de sensualité. Tigresse jusqu'au bout des ongles, telle était Brunissen.

Force et souplesse, masculinité et féminité face à face... La tension montait alors que la température baissait. L'assaut était imminent lorsque des hurlements caractéristiques se firent entendre.

- Chant des loups face à Mani... Se pourrait-il qu'ils soient venus pour toi ?
Se repliant soudain d'un bond digne de l'immense fauve blanc qu'elle était, la guerrière divine se plaça de sorte à forcer le passage au cas où la meute viendrait à la charger. Ellipse plutôt que cercle, telle était la disposition de la bande dans le froid ambiant. Tous adultes, puissants, la fourrure épaisse et le croc solide. Des proies comme il lui plaisait à chasser pour se confectionner de nouvelles tenues tout en sécurisant les lieux.

- Oui... Ce ne sont point des loups ordinaires... Ajouta-t-elle en sentant un cosmos approcher. Une énergie dont la détentrice ne tarda pas à paraître : une immense louve qui n'avait rien de commun. Tout comme sa faculté de parole le leur fit comprendre.

- Itzmana ? Non ? Ce n'est pas possible... Vous devriez être une panthère noire...

S'était-elle trompée en déchiffrant les anciens ouvrages. Non pas avec des dessins et des gravures associées...

Perplexe, elle écouta les paroles de la louve.


Tu as de bien curieuses fréquentations, noble louve, mais il est vrai que l'élégance et la fragilité ne sont pas le fort des porteurs de la God Robe d'Epsilon. Sourit-elle en levant la main vers la louve. Geste de salut dénué de la plus petite menace.

Puis, se redressant vers le guerrier.


- Si tu as vraiment appelé par le grand Odin en tant que guerrier divin, il est de mon devoir de lutter à tes côtés et non de t'agresser. Pars donc revêtir ta tenue et un conseil, évite de tuer tout le monde. Odin n'est pas que le maître des Ases, il est aussi un dieu sage sachant utilise au mieux ses forces. Abuse encore de ton pouvoir et il pourrait te trancher avec sa puissante Gungnir pour t'apprendre à quelque peu te modérer. Adieu ou à très bientôt, il est de mon devoir d'alerter le palais de ta venue.

Sur ce, elle frappa dans ses mains, faisant tomber des aiguilles de glace avant de finir.

- Et ne nous remercie pas pour l'accueil. J'ai la certitude que tu aimes les femmes de caractères capables de fendre un crâne d'une seule main. Et sache que c'est ce qu'il finira par t'arriver si tu ne modères pas tes ardeurs. Et se tournant vers la skald sacrée, elle la salua en ces mots. - A très bientôt, j'espère, dame d'Eta.


=> Palais de Polaris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un messager de mauvais augure   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un messager de mauvais augure
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un messager de mauvaise augure [PV: Tauril et Jiriad]
» Oiseau de mauvais augure [Kendall]
» Les messagés d'un mauvais augure
» [PV Artemis Bleuette] Oiseau de mauvais augure
» Question sur l'augure ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Zone Jeu :: Septentrion :: Entrée du Royaume d'Asgard :: Postes frontières d'Asgard-
Sauter vers: